LOCATIONS SAISONNIÈRES : la garantie d’une agence immobilière Sotheby's Realty

LOCATIONS SAISONNIÈRES : la garantie d’une agence immobilière Sotheby's Realty

Nos conseils pour éviter les ARNAQUES à la location saisonnière

Bien qu'en forte réduction depuis le durcissement de la législation, les arnaques à la location font encore de nombreuses victimes chaque été. Malgré toutes les recommandations, les arnaques aux locations restent encore très nombreuses. Quelques précautions, à la fois simples et efficaces, pour ne pas rater ses vacances.

Les deux tiers des locations en France se font entre particuliers. Difficile, voire impossible dans ce cas de vérifier le bien-fondé de chaque annonce, explique-t-on à "L'Indicateur Bertrand", le spécialiste des locations saisonnières. Il convient donc d’effectuer quelques contrôles pour éviter la publicité mensongère, même si depuis quelques années, les arnaques ont tendance à diminuer grâce notamment à une réglementation plus rigoureuse et à une meilleure information des consommateurs.

La plupart des plaintes portent sur le dépôt de garantie et, surtout, sur l'inadéquation entre le descriptif et la réalité des prestations. 

NOS CONSEILS POUR ÉVITER LES ARNAQUES

1. Un descriptif détaillé des lieux

Après avoir bien lu le descriptif, demandez la situation exacte de la location, le niveau de confort, les horaires d’arrivée et les modalités. Plus vous en savez, moins il y a de risque de se faire avoir ! Les commentaires et appréciations laissées sur la toile peuvent être dignes d’intérêt. Un petit coup de fil au loueur lève souvent le doute, s’il hésite à répondre, cela peut laisser sous-entendre qu'il ne connaît pas les environs et peut-être même pas l'appartement ou la maison en location. Des photos récentes sont aussi les bienvenues.

2. Un contrat écrit

Lorsque la location a lieu en direct avec un propriétaire, aussi sympa soit-il, demandez un contrat écrit. Les accords verbaux n'ont pas de valeur. Les contrats ne sont pas obligatoires mais vivement recommandés. Devront clairement y figurer, les conditions de la location, la durée, le prix, afin de permettre à chacun de se défendre en cas de litiges (casse, vol, etc.). Comme pour les constats d’assurances, il existe des contrats prêts à télécharger sur le site de la flv.

3. Ne jamais tout payer d’avance

Ne jamais versez la totalité de la somme avant d'avoir les clés en main. Le versement d'arrhes permet au locataire d'annuler sa réservation, même s'il perd le montant de la somme avancée. Avec le paiement d'acomptes, il est contraint d'acquitter l'intégralité du prix de la location, donc préférez les arrhes aux acomptes.

4. Un état des lieux à l'entrée et avant de partir

Une fois sur place, effectuez un état des lieux le plus précis possible. En général, le propriétaire donne une fiche avec tous les objets mis à disposition. Vous avez en moyenne jusqu’à 48 heures après l’entrée dans les lieux pour faire constater un manque ou un défaut quelconque au propriétaire ou mandataire. Une fois le séjour effectué, il convient de refaire un état des lieux aussi précis que possible. Le sort de votre dépôt de garantie en dépend, d’autant que la caution est souvent retournée quelques jours après le départ, rarement au moment de partir.

5. Des spécialistes minimisent les risques

Si vous restez méfiant, il reste les tours opérateurs spécialisés dans la location saisonnière, ce qui minimise les risques. "Nous travaillons avec des agences immobilières, des résidences de tourisme et des particuliers clairement identifiés. En tant que mandataires, ils sont responsables de la qualité des prestations, de l’accueil client et de la caution qui est en moyenne entre 250 et 400 €. En 2013, sur 153.000 dossiers traités nous avons eu moins de 1% de litiges", précise au "Nouvel Obs", Yariv Abehsera, président de Locatour, l’un des leaders français de la location en France et en Espagne.

6. Et en cas de litige ?

Enfin, en cas de litige non réglé à l'amiable, faites valoir vos droit auprès du tribunal d'instance ou de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, c’est gratuit et sans avocat.

Locations de vacances : Avez-vous besoin d'une attestation d'assurance habitation ?inconnu.gif

Même si ce n’est pas obligatoire, détenir une attestation d’assurance habitation pour une location de vacances est vivement recommandé.

Légalement, aucun texte ou code oblige un vacancier a assurer sa location saisonnière, qu’il s’agisse d’un appartement, d’une maison, d’une villa, d’un chalet ou même d’un bungalow.

Toutefois, le locataire temporaire reste responsable des dommages qu’il pourrait causer au sein de l’habitation et doit pouvoir être en capacité de les réparer financièrement. D’où une forte recommandation de détenir une assurance adaptée en cas de sinistre.

Deux solutions s’imposent alors:

- Le propriétaire n’offre pas d’assurance, il revient au locataire de se protéger de lui-même
- Le propriétaire propose une assurance

De quelle assurance le vacancier doit-il se munir pour protéger sa location saisonnière ?

En règle générale, la quasi majorité des assurances multirisque habitation proposent dans leurs contrats une garantie “villégiature” qui couvre les locations saisonnières contre les dommages classiques que sont le vol, le dégât des eaux, l’incendie, les évènements climatiques…

Attention, cette couverture n’est pas automatique. Il est donc important de vérifier auprès de son assureur, notamment s’il n’y a aucune limite de territorialité. Louer par exemple une maison dans une zone tendue telle qu’au Moyen-Orient peut-être exclu du contrat.

Dans le cas où l’assureur ne proposerait aucune garantie “villégiature”, il est possible d’en souscrire une par extension à votre contrat. L’assureur fournira alors un tarif à payer pour toute la période de location.

Enfin, dernière option, si l’assureur ne propose aucune extension “villégiature” ou qu’elle se révèle bien trop chère pour une période courte de location, le vacancier a la possibilité de se tourner vers un contrat “location saisonnière” qu’il pourra souscrire de façon temporaire. De nombreux acteurs de l’assurance voyage tels qu’Europ Assistance, Mondial Assistance ou Chapka Assurances en proposent. Complète, la couverture offre pour une vingtaine d’euros de multiples garanties telles que la responsabilité civile villégiature, l’annulation ou l’interruption de séjour, la protection des bagages et même une assurance “anti-surprise” pour être remboursé des frais engagés si le logement est non conforme à la présentation/publicité qui en avait été faite.

Demander l’attestation d’assurance pour partir serein

Que l’assureur habitation propose une garantie “villégiature” ou que le locataire souscrive de lui-même un contrat adapté pour les vacances, il sera préférable de demander une attestation d’assurance pour partir l’esprit tranquille et avoir une preuve à fournir en cas de sinistre.

Cette attestation d’assurance devra comporter:

- Les informations d’identification personnelles du locataire (nom, prénom, adresse…)
- Le numéro du contrat d’assurance
- L’adresse de la location saisonnière
- Les caractéristiques du logement loué
- La période de location
- Les garanties d’assurance proposées

Le propriétaire propose sa propre assurance

Il n’est pas rare que le propriétaire de la location saisonnière propose sa propre assurance, ne serait-ce que parce qu’il peut également utiliser les lieux pour lui-même, à sa propre convenance.

Dans ce cas-ci, il est conseillé de lui demander de fournir sa propre attestation d’assurance. Pour s’assurer de sa validité et des garanties offertes. Toutefois, tel que le rappelle pratique.fr, deux points de vigilance nécessitent une attention toute particulière à la lecture de l’attestation du propriétaire:

L’assurance prévoit une clause d’”abandon de recours” ou de “renonciation à recours”

Cela signifie que le propriétaire ne réclame rien à son locataire temporaire en cas d’incendie ou de dégâts des eaux. En revanche, sa responsabilité sera engagée à l’égard des éventuels dommages causés, par propagation du sinistre, aux voisins ou à des tiers. Il faut donc y prendre garde.

L’assurance prévoit une clause “pour le compte de qui il appartiendra” avec “abandon de recours”

Le locataire temporaire est protégé contre tout dommage résultant d’un incendie ou d’un dégât des eaux, y compris à l’égard des voisins et des tiers.